Château Haut-Bailly
2013

Sa rareté ne sera pas l’une de ses moindres qualités. Les pertes du printemps, les petits raisins, puis le tri sélectif des vendanges expliquent des rendements faibles pour ce millésime. Néanmoins, de jolis lots fruités et racés nous permettent d’obtenir un vin en tout point conforme aux critères d’exigence habituelle de Haut-Bailly. Le millésime 2013, d’une grande finesse, aérien et vif, conserve une belle fraîcheur et une structure harmonieuse.

L’hiver, comme le printemps 2013 sont marqués par les pluies et un très faible ensoleillement. Les nappes phréatiques se régénèrent tranquillement, mais le millésime commence tard et la croissance est lente. Elle s’accélère au moment de la fleur. En juin, Merlots et Cabernets connaissent une floraison simultanée mais délicate. Les pluies entrainent coulure et millerandage. Juillet et août sont chauds et secs, favorisant la formation de petites baies. Septembre est doux et ensoleillé. A la fin du mois, une dépression océano-tropicale signe le début des vendanges à une cadence rythmée pour contrer la pression de botrytis. La réactivité de l’équipe est à souligner dans ces difficiles conditions de récolte. La qualité du tri est capitale afin de ne conserver que des baies mûres et concentrées. Les vinifications ont été menées en douceur, à 25°C, afin de préserver la saveur du fruit et d’extraire des tanins élégants. Les pertes du printemps, de petits raisins et un tri drastique expliquent des rendements faibles pour ce millésime. De jolis lots fruités et racés nous permettent d’obtenir un vin en tout point conforme aux critères d’exigence du Château Haut-Bailly.

LA REVUE DU VIN DE FRANCE, août 2016

Puissant, avec une tanicité marquée en bouche, ce vin de grande structure est un modèle de réussite pour 2013. Il se distingue par sa race, sa tenue, sa corpulence supérieure et une allonge tramée. 17/20

VINUM, Rolf Bichsel et Barbara Schroeder, juillet 2014

Depuis des années, Haut-Bailly est le seul Pessac-Léognan capable de se mesurer aux Premiers Crus. Cela vaut d'autant plus cette année. Original, majestueux, tanins parfaitement travaillés, complexe, belle profondeur. Joue dans la cour des grands. 18/20

LE NOUVEL OBSERVATEUR, Gérard Muteaud, avril 2014

Un modèle de vinification, le fruit est là, gourmand, la bouche est fraîche pour un vin d’une intensité moyenne mais d’une parfaite harmonie.