Français

Robert Wilmers, "lord iconoclaste"

Performances de la M&T Bank sous la direction de Robert Wilmers

Dans Les Echos Weekend du 26 février 2016, Jean-Francis Pécresse rend hommage aux qualités de dirigeant et de propriétaire de Robert Wilmers.
Depuis plus de trente ans à la tête de la M&T Bank, Robert Wilmers étonne par ses résultats. John Maxfield, rédacteur au Motley Fool, site américain d’informations financières, publiait fin janvier le graphique ci-contre soulignant un retour sur investissement de plus de 18 000% depuis sa prise de fonction en 1983. “Dans le monde de la banque, il y a Robert Wilmers et puis il y a tous les autres”, résume Maxfield.


La patience de la terre


Une donnée explique en partie ces chiffres : Robert Wilmers est parmi les dirigeants restés le plus longtemps à la tête d’un établissement bancaire de cette ampleur. Sa patience et sa vision à très long-terme sont des atouts majeurs. Ce sont les qualités d’un homme du vin, qui travaille la vigne et sélectionne aujourd’hui les millésimes qu’il dégustera demain. C’est cette même vision que Robert Wilmers applique au Château Haut-Bailly, dont il est propriétaire depuis 1998.
Comme l’évoquait Jane Anson dans un article du South China Morning Post paru le 16 août 2013, “the M&T Bank in the United States was one of the two banks in Standard & Poor’s 500 Index that did not lower their dividends during the 2008 financial crisis. [Wilmers] is clearly a man who understands playing the long game”. Et Jean-Francis Pécresse de souligner à son tour : “le sage de Buffalo a toujours su garder les pieds sur terre”.


De Motley à Nietzsche


Pour qualifier Robert Wilmers, John Maxfield parle d’un “iconoclaste”, quand son homologue français dépeint un “lord” anglais, entre chic et simplicité. “Bob Wilmers est parvenu à faire de son Château Haut-Bailly bien mieux qu’un grand nom : un vin à son image, toujours d’une folle élégance entièrement dénuée d’opulence.”
Un caractère complexe qui illustre de grands concepts de la philosophie : “Il y a dans Haut-Bailly ce que Nietzsche appelait “le grand style”, cette harmonie esthétique qui naît de la maîtrise des forces contraires, ou des fortes contraintes.”

Haut-Bailly dans le Top 8 des Bordeaux 2012

Logo-Vinous-HautBailly

Le journaliste américain Antonio Galloni a publié ses notes de dégustation du millésime 2012 à Bordeaux sur son blog Vinous.

Selon l'auteur, les appellations Pessac-Léognan et Pomerol sont les stars incontestables du millésime. "Beaucoup des meilleurs vins viennent de Pessac-Léognan”.

Le Château Haut-Bailly retrouve deux de ses vins parmi la sélection. Château Haut-Bailly 2012 est considéré comme l'un des “vins du millésime”, le deuxième mieux noté en Pessac-Léognan avec La Mission Haut-Brion, et parmi les huit meilleurs sur l'ensemble de Bordeaux. “Tout est parfaitement en ordre dans ce vin absolument magnifique, doté d'une grande classe et d'une personnalité.”

Autre bonne nouvelle : La Parde Haut-Bailly 2012 obtient la note de 90, parmi les meilleurs second vins de la région.

Notre équipe apprécie également les commentaires de l'auteur sur nos démarches de tri, de fermentation à basse température et de remontages en douceur. Découvrez nos méthodes de vinifications.

Haut-Bailly parmi les "10 tendances" du Drinks Business

Logo-TheDrinksBusiness

Dans un article publié le 4 janvier 2016, le site de presse britannique The Drinks Business fait le point sur les “10 Tendances Grands Vins de 2015”.

Inspiré de rapports Liv-ex récents, l'article liste les évolutions en termes de demande et parts de marché des grands vins en 2015.

1) Pessac-Léognan est sous les feux des projecteurs et séduit notamment grâce aux “marques valeurs-sûres les plus applaudies par la critique : Haut-Brion, Mission Haut Brion et Haut-Bailly.” La dynamique est menée par Haut-Brion, premier grand cru – le mieux noté des cinq Premiers, dont les prix restent les plus raisonnables. Château Haut-Bailly contribue à cette tendance : “Château Haut-Bailly est une étoile montante, classé 15ème sur 200 dans le classement Liv-ex des marques les plus performantes en 2015, avec une croissance de 6,8%. “Les marchands adorent Haut-Bailly; les vins de la propriété sont de meilleurs en meilleurs,” explique Justin Gibbs.

2) La part de Bordeaux sur le marché des grands vins reste de 75%, même si la demande en vins d'autres régions est en croissance.

3) Les consommateurs favorisent le rapport qualité-prix aux grands noms.

4) La demande en millésimes plus anciens de Bordeaux s'accroît.

(…) Lire les 10 tendances sur le site de Drinks Business !

L'esprit de Haut-Bailly brillamment saisi par Jeremy Williams

Jeremy Williams

A la suite des dégustations primeurs, nous avons été ravis de découvrir les notes du blogueur Jeremy Williams sur sa visite au Château Haut-Bailly en avril. Dans un texte concis et éloquent, l'auteur a capté tout l'esprit de Haut-Bailly...

"Le Château Haut -Bailly occupe une position exceptionnelle sur une colline verdoyante tournée vers Léognan. C'est un endroit magnifique, presque entièrement rural et pourtant à quelques dix minutes en voiture de Bordeaux. La propriété est en excellent état et le vignoble superbement entretenu. Cet endroit dégage une atmosphère de simplicité et de modestie. Une authenticité que l'on décèle dans les vins, très beaux ici en 2014. Pureté des arômes, corps et précision définissent ce Haut-Bailly. Toutes les proportions sont respectées. A une belle maturité due à l'été indien s'ajoute une fraîcheur séduisante : la mémoire des mois plus frais de juillet et août. Cela apporte vigueur et énergie au vin."

Pour lire l'article complet en version originale : http://winewordsandvideotape.com/bordeaux-2014-chateau-haut-bailly/

"Haut-Bailly, précis et racé" (La Revue du Vin de France)

Dans son numéro de novembre 2014, la Revue du Vin de France revient sur une série d'accords orchestrés par le chef Yannick Alléno autour des vins du Château Haut-Bailly, lors d'un déjeuner au Pavillon Ledoyen à Paris.

Voici quelques extraits :

"Ce cru classé de Graves nous prouve une fois de plus qu'il est particulièrement à l'aise à table et que le temps est son meilleur allié."

"Le millésime 2008, qui s'ouvre à peine et a conservé beaucoup de peps, a ainsi pu donner une parfaite réplique au bœuf Wagyu, à la fois délicieusement moelleux et juteux. Une intéressante anguille fumée exhalait, elle, les notes empyreumatiques d'un 2001 qui commence à entrer dans sa phase évolutive complexe. Mais c'est finalement le 2002, subtil et équilibré, magnifique d'harmonie avec l'une des belles créations automnales du chef autour du cèpe, qui s'impose et livre un accord de saveurs complémentaires."

"Dans le plus pur style classique bordelais, Haut-Bailly brille une fois encore par sa précision et la race de ses tanins. Fondu et soyeux, 2002 déploie de petites notes fumées et conserve une très belle énergie."

Retrouvez l'article complet (p.119-121) "Fastueux automne à Paris", la recette des cèpes en civet de Yannick Alléno et d'autres notes de dégustation dans la Revue du Vin de France n°586.

Haut-Bailly dans la presse : The Telegraph, 14 octobre 2011

Quelques extraits de l'article de Victoria Moore publié sur le site The Telegraph le 14 octobre 2011, suite à une verticale de Haut-Bailly chez Berry Bros & Rudd à Londres :

“A cult claret so fine you need to dress up to drink it.”

“Véronique Sanders was standing in a tasting tent in Bordeaux the first time I saw her. She was immediately notable, amid dark suits and black, for being dressed in swathes of cream and palest taupe. A brave choice for such an event, but then this is a woman so composed one imagines droplets of red wine would swerve away from her in mid-air rather than splatter her tailoring. “You’ll taste everything in this marquee and one wine will stand out,” a colleague had said to me as we walked in. It did. And, of course, it was Véronique’s wine.

[...] It is a wine with the precision and measured sense of structure and purpose of an architectural drawing. You don’t need to be an expert in wine or on bordeaux to recognise that it has style.

[...] I’ve always promised myself I’d eat my own wine glass if ever I became so elitist as to think a vertical tasting (that is, a tasting where you taste several vintages of one wine) was a suitable subject for this space. So I went along to a small tutored tasting of 11 vintages of Haut-Bailly, from 2000 to 2010, at Berry Brothers just for my own interest.

[...] Véronique was going to be there. This necessitated careful wardrobe attention. After negotiating the steep steps down to Berry’s 16th-century cellar in flip-flops, I changed into heels — and immediately bumped into Oz Clarke. Oz was wearing a tie. I have never seen Oz in a tie. He admitted he had also felt he should make a sartorial effort. I’m sure the wines appreciated it. We certainly appreciated them.

[...] What’s fascinating about a vertical tasting of a wine so consistently itself is that the vintage is written into it. You find different things to like in each year’s expression of the same wine."

Retrouvez l'article complet sur www.telegraph.co.uk

Haut-Bailly à l'honneur dans la Revue du Vin de France

Château Haut-Bailly dans la RVF de septembre 2011

"Un grand classique donc, mais marqué par ce qu'il y a de mieux dans la modernité. Du Molière mis en scène par Patrice Chéreau, en quelque sorte..."

C'est par ces mots empreints de poésie que Pierre Casamayor conclut son long reportage sur le Château Haut-Bailly paru dans la Revue du Vin de France de Septembre 2011.

On y lit également que le vin du Château Haut-Bailly est "un miracle d'équilibre, entre puissance et finesse, matière et élégance, structure et charme, étoffe et délicatesse. Avec des robes intenses, des palettes à la fois complexes et raffinées, il dévoile des matières profondes, denses, avec toujours une fraîcheur vibrante qui relève une minéralité racée."

Une dégustation verticale commentée des millésimes 1998 à 2010 du grand vin de la propriété clôture cet article.

Cliquez ici pour lire l'article intégral en PDF

Dans ce même numéro 554 de la Revue du Vin de France figurent également des notes et commentaires actualisés sur de nombreux Bordeaux 2008 et 2009 dont Château Haut-Bailly :

"Château Haut-Bailly 2009, 18,5/20 : Il s'est refermé et il faut aller le chercher. La matière est profonde, sans aucune trace de lourdeur, comme parfois dans le millésime. Grande noblesse de bouche pour ce vin parti pour affronter les décennies."

"Château Haut-Bailly 2008, 18/20 : Comme toujours à ce stade, Château Haut-Bailly se révèle encore un peu sévère, mais quelle race et quelle classe ! La bouche est superbement classique et droite. Grande longueur et remarquable qualité de tanins."

Haut-Bailly dans la presse : Oenotourisme en blanc et rouge

Oenotourisme au Château Haut-Bailly

Retrouvez ci-dessous des extraits de l'article paru dans le quotidien "Sud-Ouest" du samedi 6 août 2011 consacré à l'oenotourisme au Château Haut-Bailly :

Œnotourisme en blanc et rouge

"Il existe autant de manières de visiter les propriétés viticoles en appellation Pessac-Léognan que de profils de touristes. Certains plus sportifs choisiront le vélo pour circuler sur tout un circuit, d'autres en groupes arriveront en bus, les habitués s'y rendront en voisins, d'autres accompagnés par un guide personnel d'une agence pour un tour plus encadré. À chacun sa formule.

Le château Haut-Bailly, quant à lui, propose une version très VIP suivie d'une dégustation tout aussi privilégiée. A 11 heures, sur rendez-vous, le public et les groupes (moins de 20 personnes) y sont attendus, le reste de la journée et à la demande uniquement en petit comité avec une hôtesse personnelle. En plus de séminaires professionnels, de grandes réceptions, des « tables privées » gastronomiques permettent d'être reçu à part entière par le chef Tanguy Laviale. [...]

Le label « Vignobles et chais bordelais », comme le prix d'un Best of Wine Tourism 2009 pour l'organisation d'événements, ne font que confirmer la qualité de la réception. [...]

En partenariat avec d'autres organismes et domaines, au cours de l'année scolaire, une offre spéciale est proposée aux étudiants pour 15 euros dans le cadre du « Best of Bordeaux bus ». À la rentrée, une visite dégustation bilingue et « bicolore » est organisée avec le château Carbonnieux. En vin blanc pour lui, en rouge pour le château Haut-Bailly. Encore une occasion à ne pas manquer."

Lire l'article intégral sur www.sudouest.fr

Haut-Bailly dans la Presse : Sommeliers International

Couverture de "Sommeliers International"

Retrouvez ci-dessous des extraits de l'article paru dans le magazine "Sommeliers International" du mois de juin 2011 et consacré à la Table privée du Château Haut-Bailly :

Univers de luxe pour une Table Privée

"Millésime après millésime, les vins du Château Haut-Bailly, Grand Cru Classé de Graves, ont acquis une solide réputation et atteint les sphères de l'excellence dans son appellation. Une notoriété bâtie par l'équipe du Château - Robert G. Wilmers, propriétaire et Véronique Sanders à la direction - au cours des dégustations organisées à travers le monde. Au domaine, le nombre croissant des demandes de visites de clients, importateurs comme amateurs, a incité Véronique Sanders à organiser dans les meilleures conditions possibles la réception et le bien-être des visiteurs venus pour 80% d'entre eux de l'étranger. [...]

En 2010, une ouverture plus large sur l'oenotourisme est décidée avec une salle de conférence, la possibilité d'organiser des journées de travail ou de grandes réceptions, des visites, des ateliers de sommellerie, et autres thématiques haut de gamme dont le point d'orgue est la première Table Privée.

Cette démarche encore unique dans le Bordelais offre l'opportunité de déjeuner, dans l'intimité des pièces de réception du Château, de produits de saison accompagnés des vins de la propriété et sublimés par les créations culinaires de Tanguy Laviale, jeune Chef du domaine, issu des plus grandes tables parisiennes (Lasserre, Carré des Feuillants...). Ce concept de "Table privée du Château" a été créé dans l'esprit qualitatif des vins de Haut-Bailly : l'exigence, l'excellence.

"Nous nous devions d'avoir une grande table et un grand Chef capable d'élaborer une cuisine irréprochable, surprenante, innovante, créative. En fait, concocter des plats contemporains avec des vins de notre temps pour des clients du monde entier. Les mets comme les vins de Haut-Bailly doivent faire rêver. Le repas gastronomique français n'est-il pas répertorié au patrimoine culturel immatériel de l'Humanité ? Notre concept est simple : un grand vin demande une grande table" commente Véronique Sanders. [...]"

==> Lire l'article intégral (PDF)

==> Le site de Sommeliers International

Château Haut-Bailly 2010 : Commentaires de dégustation

Chateau Haut-Bailly 2010

eRobertParker.com, Robert Parker, 2 mai 2011 :

Proprietor Robert Wilmers and general manager/winemaker Veronique Sanders have done an extraordinary job at this estate, which has now become one of the superstars of Bordeaux as recent vintages have admirably demonstrated. An opulently styled effort, the blue/purple-hued 2010 offers a sweet kiss of graphite, charcoal, black cherries, black currants and compelling forest floor-like notes. A seamless integration of acidity, tannin, alcohol and oak is found in this full-bodied yet delicate, precise 2010. There is plenty of tannin but it is well-hidden behind the extravagant quantity of fruit. Give it 5-7 years and drink it over the following 35-40 years. Drink 2016-2056 - 95-97

www.Quarin.com, Jean-Marc Quarin, 15 avril 2011 :

C'est une des plus belles émotions de cette campagne primeurs et le meilleur Haut Bailly que je goûte depuis 1964. C'est en bouche que tout se passe ! Magnifique entrée pulpeuse, de suite subtilement tramée et éclatante de fruits. Le vin se développe extrêmement aromatique, ample en milieu, avec du gras et un velouté sans pareil. Le mélange entre la pulpe et la fraîcheur du fruit évoque les plus grands terroirs de Bordeaux et le meilleur de son style. Un vin formidable, sans flatterie, mais avec beaucoup de charme et de profondeur. Bravo ! Sera-t-il élevé en 100 % fût neuf ? 17.75-18

Connections to wine.com, Panos Kakaviatos, 5 avril 2011 :

There is potential magic in this wine, somehow managing to combine the brisk and fresh nature of the 2008, sampled again at this tasting, with the body and vigor of the 2009, also there to re-taste. Dare I say that this is my favorite Haut Bailly since their 2005? Dare I say that it could overshadow Haut Brion? One can detect a subtle tobacco note, or is this wishful Graves thinking? Very bright on the palate, with ripe tannins and tonicity, a smooth texture but with more energy perhaps than the 2009. Give it time in barrel and it may end up being quite magical indeed. A superb effort. 94-96

Voir tous les commentaires ( 127k)

Pages

Subscribe to RSS - presse