Français

Robert Wilmers, "lord iconoclaste"

Performances de la M&T Bank sous la direction de Robert Wilmers

Dans Les Echos Weekend du 26 février 2016, Jean-Francis Pécresse rend hommage aux qualités de dirigeant et de propriétaire de Robert Wilmers.
Depuis plus de trente ans à la tête de la M&T Bank, Robert Wilmers étonne par ses résultats. John Maxfield, rédacteur au Motley Fool, site américain d’informations financières, publiait fin janvier le graphique ci-contre soulignant un retour sur investissement de plus de 18 000% depuis sa prise de fonction en 1983. “Dans le monde de la banque, il y a Robert Wilmers et puis il y a tous les autres”, résume Maxfield.


La patience de la terre


Une donnée explique en partie ces chiffres : Robert Wilmers est parmi les dirigeants restés le plus longtemps à la tête d’un établissement bancaire de cette ampleur. Sa patience et sa vision à très long-terme sont des atouts majeurs. Ce sont les qualités d’un homme du vin, qui travaille la vigne et sélectionne aujourd’hui les millésimes qu’il dégustera demain. C’est cette même vision que Robert Wilmers applique au Château Haut-Bailly, dont il est propriétaire depuis 1998.
Comme l’évoquait Jane Anson dans un article du South China Morning Post paru le 16 août 2013, “the M&T Bank in the United States was one of the two banks in Standard & Poor’s 500 Index that did not lower their dividends during the 2008 financial crisis. [Wilmers] is clearly a man who understands playing the long game”. Et Jean-Francis Pécresse de souligner à son tour : “le sage de Buffalo a toujours su garder les pieds sur terre”.


De Motley à Nietzsche


Pour qualifier Robert Wilmers, John Maxfield parle d’un “iconoclaste”, quand son homologue français dépeint un “lord” anglais, entre chic et simplicité. “Bob Wilmers est parvenu à faire de son Château Haut-Bailly bien mieux qu’un grand nom : un vin à son image, toujours d’une folle élégance entièrement dénuée d’opulence.”
Un caractère complexe qui illustre de grands concepts de la philosophie : “Il y a dans Haut-Bailly ce que Nietzsche appelait “le grand style”, cette harmonie esthétique qui naît de la maîtrise des forces contraires, ou des fortes contraintes.”

L’équipe de Haut-Bailly conquiert New York !

L'équipe de Haut-Bailly à New York en décembre 2015

Tout commença par une promesse de Bob Wilmers il y a quinze ans : « Si un jour vous obtenez un 100/100 de Parker pour Haut-Bailly, j’inviterai toute l’équipe à New York ! »
Il y a quelques mois, le critique américain attribuait le score magique au millésime 2009 de Château Haut-Bailly.

Une aventure unique
Une fois passées les vendanges et vinifications prometteuses de 2015, toute l’équipe s’est envolée pour New York du 9 au 12 décembre. Vignerons, tractoristes, maître de chai, collaborateurs des bureaux et du château, tous ont été émerveillés de découvrir New York dans les préparatifs et illuminations de Noël.
De Time Square à la Statue de la Liberté, de Broadway au MOMA, de Central Park à la High Line… Sans oublier une visite chez le caviste Sherry Lehmann, où ils ont été reçus à bras ouverts par Chris Adams et où ils ont pu apprécier le fruit de leur travail depuis les chais de Haut-Bailly jusqu'au consommateur.

Un homme de parole
Accueillie par Bob Wilmers en vélo au cœur de Time Square, puis invitée à la M&T Bank, l’équipe a pris place autour de la table du conseil d’administration. Ambiance extraordinaire et émotion tangible autour de Bob et Elisabeth Wilmers qui ont préparé ce voyage avec beaucoup de générosité. Le bonheur était palpable sur les visages de tous.
De cette aventure extraordinaire et de cette promesse tenue résultent une équipe motivée pour mettre en œuvre de nouvelles réussites !

Subscribe to RSS - Robert Wilmers